Blog immobilier à l'île-de-Ré

L'Île-de-Ré se met à taxer les propriétaires de logements vacants

Rédigé par admin Aucun commentaire
L'île de ré et ses logements inhabités

L’Île-de-Ré et ses volets fermés, une image qui reflète une triste réalité. Alors que certaines familles cherchent désespérément à se loger, de nombreux habitats restent inoccupés : logements vacants, résidences secondaires et touristiques. Pour remettre ces biens sur le marché, certaines communes ont décidé de taxer les logements inhabités. En revanche, ils doivent être meublés depuis au moins 2 ans et être non soumis à la taxe d’habitation. Cinq communes ont déjà fait ce choix et d’autres pourraient s’y associer.

Une taxe sur les logements vacants

L’île affiche un certain contraste entre l’offre et la demande. Alors que certaines personnes cherchent à s’installer durablement, hors saison estivale, l’île devient déserte à cause de ses nombreux logements inoccupés. Par exemple, à Saint-Marie-de-Ré, il y en aurait 70 environs. Pour pallier à ce manque, la commune espère pouvoir libérer quelques logements en taxant les propriétaires.

"On ne va pas se le cacher, la plupart des logements sont très certainement des résidences secondaires mais déclarées par leurs propriétaires comme des logements vacants. Donc ça ne peut pas être pire que maintenant et ça ne peut que réussir. Les propriétaires vont devoir se mettre en conformité et régulariser leur situation"
Patrice Raffarin, le maire de Rivedoux

Cette taxe entrera en vigueur à partir de 1er janvier 2018 à Rivedoux, La Couarde et La Flotte. D’autres communes sont déjà concernées par ce choix telles que Saint-Clément, Saint-Martin et les Portes. La commune de Saint-Marie, quant-à-elle, est en cours de réflexion.

Remettre les logements inhabités sur le marché rétais


Une taxe pour les logements vacants

Cette taxe a pour but de favoriser les installations à l’année tout en sauvant l’économie locale et les services publics. Cette ambition se heurte à certains problèmes. Plusieurs logements ne peuvent pas être mis à la location en l’état. Pour proposer un habitat correct, les propriétaires souhaitent réaliser des travaux au préalable. De plus, les loyers seraient inaccessibles. Selon Danièle, rétaise depuis 35 ans, certaines maisons, avec deux chambres et une salle à manger, avoisineraient les 1000€ par mois. En réalisant un ratio entre les salaires minimums et les loyers dans l’île, on constate une certaine difficulté pour l’accès au logement.

Alors que les rétais sont soumis à un nouvel impôt pour protéger l'Île-de-Ré, cette taxe devrait être comparable au montant d’une taxe d’habitation. Néanmoins, il est possible pour les propriétaires d’en être dispensé si des travaux sont prévus ou si le logement ne trouve ni locataire ni acheteur.

Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article